Protection des frayères à truites contre le cormoran.

Depuis 2021, nous menons un travail de compréhension de la reproduction de la truite sur notre bassin versant. A ce jour, nous disposons d'une bonne vision de ce qui se passe sur la Beaume. La reproduction de la truite sur le bassin versant de la Drobie reste par contre peu étudiée et peu comprise.
Ainsi, face au déclin des populations de Truite Fario et dans l'urgence du changement de réglementation (tirs de regulation) concernant le Cormoran, nous mettons en place sur la Beaume des dispositifs de protections contre les cormorans sur les plus grosses frayères connues. Nous y assurons également une surveillance et un suivi. Parallèlement, nous menons sur la Drobie et ses affluents un travail d'identification des zones de frayères stratégiques.
Protection truite cormorans

Dispositif de protection des frayères à truites contre le cormoran.

protection frayère truite cormorans beaume drobie ardèche.jpg

Dispositif de protection des frayères à truites contre le cormoran.

La Drobie

suivi frayère truite Beaume Drobie
Frayère truite cormorans Beaume Drobie

Repérage et suivi des frayères post-crues

Installation des ficelles

Une décennie de gestion patrimoniale, des milliers d'euros pour la protection des espèces aquatiques sensibles et un nombre important d'heures bénévoles mis en peril. 
Le changement de réglementation concernant le Grand Cormoran qui interdit les tirs de régulation sur nos zones sensibles ajoute une menace sur nos populations de salmonidés déjà mal en point.


Mode de chasse du Grand Cormoran:

Le Grand Cormoran est avant tout un redoutable prédateur marin. Intelligent, il peut chasser seul ou en groupe coordonné. Ses performances aquatiques lui permettent une apnée de plusieurs minutes et des plongées jusqu'à 16 mètres. 
Son mode de chasse en mer se passe en équipe. Il consiste à maintenir encerclé les bancs de poissons tout en y effectuant des raids ou la première étape consiste à tuer le maximum de proies. Ces attaques sont souvent menées avec d'autres espèces d'oiseaux et de poissons trop gros pour être inquiétés par les Grands cormorans (thons, espadons, requins, etc.). Elles vont souvent jusqu'à l'élimination totale du bancs de poissons. 
Cette organisation est probablement la raison pour laquelle les grands cormorans n'hésitent pas à s'attaquer à des poissons trop gros pour être mangés par eux même. Tuer des poissons trop gros pour s'en alimenter vise certainement à ce que ces poissons soient mangés en priorité par les autres gros prédateurs impliqués dans l'attaque, favorisant ainsi leurs chance d'obtenir leurs part du festin. Une attitude qu'il reproduit malheureusement en rivière ou l'écroulement des stocks piscicoles marins l'ont poussés. 

Des effectifs qui explosent:

Depuis que le Grand Cormoran est protégé, ses populations explosent (schéma ci dessous). Associé à l'écroulement des stocks piscicoles marins, cette prolifération se traduit par une colonisation de la quasi totalité du territoire Français, impactant gravement nos espèces piscicoles les plus sensibles. La récente interdiction des tirs de régulations visant à protéger nos frayères à truite nous inquiète au plus haut points. Sur la Beaume et la Drobie, nous pensons que quelques individus seulement suffiraient à fortement perturber la reproduction des truites déjà précaire .

 

La Drobie 

etude effectif Cormoran AAPPMA beaume Dobie.jpg

Un impact prouvé au niveau européen.

Des études menées sur des rivières en Norvège, en Allemagne et en Autiche, montre que c'est de 70 à 90% de la biomasse d'ombres qui disparait en 1 à 2 années. Elles actent de la prédation de 70 à 80 % des ombres sauvages et 30 % des truites sauvages en quelques années seulement. Elles montrent également que sur les cours d’eau où les tirs étaient autorisés les populations d’ombres se maintenaient contrairement aux autres cours d’eau colonisés par les cormorans et que le taux de poissons blessés est considérablement plus faible là où les tirs sont effectués.